En Juillet 2020, dans le magnifique cadre en pleine nature de l’Usine Végétale au Fieu (33) à moins d’une heure de Bordeaux, j’ai animé un stage sur le thème “S’organiser pour mieux coopérer – les bases de la sociocratie” pour les structures associatives de l’Usine Végétale et Best 33.

Le bâtiment de l’Usine Végétale, au Fieu (33)

La sociocratie ou gouvernance dynamique a pour objectif de rendre les structures collectives, quelles que soient leur forme juridique, capables de s’auto-organiser, à l’image des organismes vivants. Elle se base sur et organise l’équivalence des personnes dans la prise de décision qui les concernent.

Cette méthode de gouvernance holistique qu’est la sociocratie a pour résultat concret d’éviter la prise de pouvoir par un individu ou un petit groupe au détriment du collectif. Au lieu d’accepter la loi de la majorité sur une proposition figée, l’étape de bonification du processus de prise de décision va faire jouer la créativité et le discernement de chacune/chacun pour aboutir à un consentement. C’est à dire qu’aucune personne n’aura d’objection à ce que cette proposition bonifiée soit adoptée.

De ce processus, responsabilisation et adhésion résultent naturellement !

Lobjectif de la formation est d’être capable d’utiliser les principes et règles de base de la méthode sociocratique pour :

Deux jours riches et intenses qui ont permis aux acteurs et actrices des deux structures de découvrir mais aussi de pratiquer les outils et les processus de la sociocratie :

  • les conditions d’un fonctionnement adéquat d’une équipe

  • les quatre règles de base de la sociocratie

  • le processus de prise de décision par consentement

  • le processus d’élection sans candidats

Et Fabien Boeuf, spécialiste de Touspourun.média, un de mes collègues de Co-Actions, la coopérative d’activités et d’emplois CAE qui m’héberge, a pu filmer quelques séquences pour vous donner un aperçu de ce qu’est une formation en sociocratie avec Accords Humains.

Je vous laisse apprécier les images et les témoignages.
Et à bientôt pour d’autres nouvelles.

Chaleureusement,
Richard,